Biographie

Bio EN

Le bronze est un métal lourd de tradition. Indestructible matière à voyager dans le temps, il est maintenant non conformiste de l'utiliser en art contemporain. L’artiste Éric Lapointe détourne cet héritage issu du passé pour présenter sous forme de sculptures les travers d'une société, et en faire un outil tranchant qui met en perspective ce que nous sommes devenus: individualistes, matérialistes, possessifs, pressés, obsessifs...

Regarder la réalité d'un autre oeil, montrer la face cachée de la vie ordinaire, ouvrir l'esprit sur une nouvelle façon de voir, développer un regard critique sur le monde... Lapointe tente de donner de la perspective aux choses, de sortir ses sujets de leur ordinaire pour rendre visible leur réalité cachée. Il veut opposer une figuration, aux formes émancipées et longuement étudiées, à une image rétablie, vue au travers d'une lentille intégrée à la sculpture, qui correspond à notre vision habituelle d'un sujet. Cette illusion d'optique sert non seulement la forme mais également son propos, puisque son but est de s’insurger contre les évidences qui altèrent notre capacité à remettre nos habitudes en question. Par le choix de ses sujets, il offre au regard critique de l'observateur plusieurs points de vue sur le monde moderne, en mettant à nu le mécanisme des apparences et de l'illusion véhiculé par notre société pour standardiser et uniformiser.

La forme qui est donnée à prime abord à l'observateur est difficilement reconnaissable. C'est la curiosité qui nous amène à découvrir le système optique, dissimulé ou non, qui agit comme la clef de l'énigme. En regardant à travers les lentilles, nous avons soudainement accès à la révélation du sujet dans ce qu'il a de plus banal. Cette vision confortable nous sert de point de repère et d'ancrage dans la réalité. De là, nous comprenons mieux l'abstraction de la forme extérieure qui se rétablit par un jeu complexe de distorsions optiques. Ce principe se nomme anamorphose, qui donne lieu à un paradoxe entre la réalité et l'illusion. Les déformations qui éclatent dans toutes les directions correspondent à ces émotions mal maîtrisées qui nous traversent. Parallèlement, le rétablissement optique vu à travers les lentilles suggère la normalité à laquelle nous voudrions correspondre, l'image de nous que nous soignons, au détriment de notre vérité intrinsèque. La rencontre de ces deux réalités divergentes se trouve au point le plus petit de la pièce, celui qui se rapproche le plus de la lentille. La sculpture résultante devient donc une sorte d'image intérieure, une émotion figée dans le temps qui provient du combat intérieur que nous menons avec l'extérieur. Ainsi, l'approche scientifique, qui découle du domaine de la physique optique appliquée à l'investigation psychique, donne le recul d'une vision élargie.

Les lentilles, qui sont tout autant de filtres qui altèrent notre perception du monde, sont  apparentes pour mettre en avant-plan l'importance de comprendre, de résoudre les énigmes, de lever le voile sur nos mécanismes de défense. Le fait de chercher l'équilibre entre l'objectif et le subjectif nous permet de nous dissocier de la rigidité mentale et de l'agitation émotionnelle. C'est en nous retirant temporairement de ce tiraillement intérieur que nous pouvons espérer voir plus clair, et ainsi accéder à la sérénité.

Né à Québec en 1971 et vivant maintenant à Grondines, Éric Lapointe obtient un diplôme d'études collégiales en Sciences pures et appliquées (1988) au Cégep de Limoilou. Il poursuit ensuite des études en graphisme (1991) au Cégep de Ste-Foy et complète enfin un baccalauréat en Arts Visuels (2000) à l'Université Laval de Québec. Éric Lapointe fait carrière depuis 14 ans comme sculpteur de bronze. Ayant déjà été représenté en galerie aux États-Unis et présentement exposé à Montréal, son travail profite aujourd'hui d'une reconnaissance certaine. En effet, ses sculptures font partie de nombreuses collections privées.

 

Haut de Page