Biographie

Bio FR

La pratique artistique de Jacqueline Surdell se situe entre la sculpture et l’architecture.

Elle amorce ses études à Los Angeles en peinture, mais délaisse rapidement ses pinceaux pour se consacrer au tissage et aux techniques de nouage. Dans une prise de position féministe, elle repousse les limites de ces techniques artisanales en construisant d’imposantes structures architecturales en corde de coton assemblée et tissée. Ses œuvres – des dentelles lourdes et rugueuses, obtenues grâce à un assemblage de fils tressés à la main – sont construites en reprenant le dispositif du métier à tisser, sur lequel elle utilise des techniques de nouages pour créer des compositions organiques et interconnectées. Les différentes techniques utilisées par l’artiste créent un amalgame de nœuds embrouillés, donnant aux œuvres un effet sculptural puissant. Son travail explore ces méthodes comme des dispositifs ou des moyens de créer des connections structurantes.

Si les œuvres de Jacqueline Surdell sont le reflet de son environnement et des paysages urbains qui l’entourent, elle envisage toutefois ses travaux plus récents sous un regard nouveau, celui de la critique moderniste.

Par les techniques qu'elle utilise pour construire ses œuvres, elle questionne la rigidité des idéaux modernistes, tout en conservant son esthétique organique raffinée par l'exploration de l'idéalisme romantique. Il émane de ses pièces une puissance considérable, qui suggère la force, la machinerie et l'industrialisation, s’opposant à l’artisanat et au traditionnel du médium et de la technique. Cet intérêt pour les oppositions troublantes entre les matériaux, les types de structures et les techniques de construction est central à la pratique artistique de Jacqueline Surdell. Elle se plaît à combiner la corde de coton à l'acier de ses cadres, à juxtaposer des structures rigides et souples, à opposer les vides et les pleins, dans le but de découvrir des liens entre des pratiques et performances culturelles apparemment antinomiques. La monochromie de ses œuvres vient accentuer ces oppositions créées par l’agencement des nœuds.

Originaire de Chicago, Jacqueline Surdell possède un baccalauréat en Beaux-arts du Occidental College de Los Angeles et complète présentement une maîtrise en Beaux-Arts, spécialisation Fibres et textiles, au School of the Art Institute of Chicago. Ses œuvres ont été exposées aux États-Unis et au Canada, dans le cadre d'expositions solo et de groupe, et se retrouvent dans de nombreuses collections privées à travers le monde.

 

Haut de Page