Biographie

Jean-Paul Riopelle (Canadien, 1923-2002) était un membre éminent du mouvement expressionniste abstrait européen. Né à Montréal, Riopelle a étudié la peinture traditionnelle et avant-gardiste, avant d'embrasser pleinement l'avant-garde à la fin des années 40 et de se joindre au groupe canadien Les Automatistes, influencé par le surréalisme et leur pratique de l'automatisme. Riopelle s'installe à Paris en 1949 et peint des compositions abstraites et ouvertes le plaçant au milieu d'une «deuxième génération» de peintres expressionnistes abstraits en Europe. Il a créé sa série d'œuvres «mosaïques» dans les années 1950, en utilisant une palette pour enduire la peinture sur la toile en blocs de couleurs juxtaposées.

Pendant plusieurs décennies, Riopelle a eu une relation forte mais turbulente avec son collègue peintre abstrait Joan Mitchell, qui a pris fin en 1976. Ses peintures sont devenues encore plus lâches et plus libres, et il a commencé à explorer d'autres médiums, y compris la gravure, le collage et la sculpture. Il a créé plusieurs sculptures à grande échelle en 1969, dont une fontaine rendant hommage aux joueurs de hockey canadiens qui est maintenant exposée au Stade olympique de Montréal. Riopelle revient régulièrement au Canada dans les années 1970, créant des œuvres s'inspirant des paysages canadiens. Plus tard, il a continué à expérimenter des méthodes de peinture non conventionnelles, notamment la peinture en aérosol et l'accent mis sur l'espace négatif. En 1962, Riopelle expose des œuvres à la Biennale de Venise et obtient le prix UNESCO. Plusieurs rétrospectives de son œuvre ont eu lieu, notamment des expositions au Centre Pompidou à Paris et au Musée des beaux-arts de Montréal. Riopelle a passé ses dernières années à vivre au nord du Québec à Île-aux-Grues, Canada; il est décédé en 2002, à 79 ans.

Haut de Page