Biographie

Bio FR

Martin C. Herbst est un peintre autrichien, dont le travail se focalise sur la réévaluation élaborée des thèmes historiques, des théories sur le portrait classique et la figure humaine.  Aspirant à contemporanéiser la peinture dite traditionnelle, il s’applique à réinterpréter les tableaux des grands portraitistes de l’histoire de l’art que sont Parmigianino, Vélasquez, Rembrandt, etc., dans une perspective moderne et réfléchie. Herbst réalise des interprétations sensibles de différents modèles, selon son état d’esprit au moment de peindre. Ayant pris l’habitude de réaliser plusieurs versions d’un même portrait, on arrive ainsi à percevoir l’évolution de l’état émotionnel de l’artiste à travers la représentation d’une même figure. Nous ne pouvons exclure une certaine notion d’hommage du travail de Martin C. Herbst, puisqu’en reprenant ces figures connues, il proclame hautement la valeur de la manière et de la touche des artistes qu’il cite.

Dans sa série “Sphère”, Herbst réalise des portraits tordus et déformés sur des sphères polies et miroitantes en acier inoxydable. S’inspirant du célèbre autoportrait de Parmigianino réalisé à l’aide d’un miroir convexe, Herbst peint un visage tordu, lunaire et mystérieux sur l’une des moitiés, alors que l’autre demeure vierge et agit comme un puissant miroir déformant. Se réfléchissant sur la surface métallique sphérique, le reflet du spectateur est totalement intégré à l’oeuvre, alors que la distance entre ce dernier et la sphère est complètement éliminé. Exploitant de façon très convaincante le potentiel coloriste de l’artiste, la pratique de Martin C. Herbst aspire à exploiter les nombreuses possibilités visuelles, comme les inversions, les torsions, les réflexions, etc.

Dans la série “Hidden Treasure”, Herbst s’amuse avec les perspectives en peignant des portraits se reflétant sur les paroies froissées du support en aluminium. Peinture et miroir sont amalgamés et transforment un portrait tangible en une manifestation éphémère et virtuelle. En raison des plis complexes dans l'aluminium, la plupart des images peintes sont uniquement vus grâce à leur réflexion. Chaque mouvement du spectateur se trouvant devant l’oeuvre provoque une nouvelle réflexion, amenant l’oeuvre à s’animer et à pratiquement prendre vie.

La peinture à l'huile offre à Herbst une possibilité idéale de peindre, tout en portant en soi des connotations historiques de l'art. Grâce à l'utilisation de l'aluminium plutôt qu’une toile plus traditionnelle comme support d'image, il évoque automatiquement la contemporanéité de sa peinture. Les propriétés réfléchissantes et non-absorbantes de l'aluminium permettent ainsi une libération de la peinture à l'huile, qui existe désormais indépendamment du support sur lequel elle s’appose, créant ainsi un effet dématérialisé qui suggère une peinture d’une pureté renouvelée. Renforcée par la touche expressive et sentie caractéristique de l’artiste, une nouvelle tension apparaît entre la peinture traditionnelle, le photo-réalisme et l’image électronique.

Originaire de Vienne en Autriche, Martin C. Herbst expose largement ses oeuvres à travers le monde, dont récemment à San José, Beirut, Toronto, New York, Barcelone et Montréal. Son travail a été présenté dans de nombreuses foires commerciales, incluant Art Basel (Miami), Armory Show (New York), Scope (New York, Basel, Hamptons, London),  Art Chicago, Los Angeles Art Show, Artbo (Bogota); Art Brussels (Bruxelles); ArteBa (Buenos Aires) et plusieurs autres.

 

Haut de Page