Stikki Peaches

Chiaroscuro : A Stikki Obsession @GLR24

novembre 2018

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "A Lute Player (Jimi Hendrix)"

Technique mixte sur toile

60" x 60"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "A Pensive Bardot" VENDU

Technique mixte sur toile

81.5" x 58"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "No Saint Kate Moss"

Technique mixte sur toile

81.5" x 58"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "One More Time"

Technique mixte sur toile

72" x 72"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Dali Delirante" VENDU

Technique mixte sur toile

60" x 60"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Bye-Bye Charlie"

Technique mixte sur toile

60" x 48"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Sophia Bitten by a Lizard"

Technique mixte sur toile

60" x 48"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Friducha"

Technique mixte sur toile

60" x 60"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Fallen Hero (Goldorak)" VENDU

Technique mixte sur toile

72" x 72"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "La Famiglia" VENDU

Technique mixte sur toile

48" x 96"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "The One with Caravaggio (The Death of Friends)"

Technique mixte sur toile

72" x 48"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "The 27 Club"

Technique mixte sur toile

60" x 60"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Spy Games" VENDU

Technique mixte sur toile

72" x 72"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "The Hand Off"

Technique mixte sur toile

72" x 72"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Once Upon a Time in America" VENDU

Technique mixte sur toile

84" x 60"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Slash"

Technique mixte sur toile

48" x 36"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "Lord of the Flies"

Technique mixte sur toile

60" x 60"

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches "End of the Empire"

Technique mixte sur toile

60" x 84"

Stikki Peaches, Galerie LeRoyer

Stikki Peaches | Chiaroscuro | Novembre 2018 | Galerie LeRoyer

Stikki Peaches, Galerie LeRoyer

Stikki Peaches | Chiaroscuro | Novembre 2018 | Galerie LeRoyer

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches | Chiaroscuro | Novembre 2018 | Galerie LeRoyer

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches | Chiaroscuro | November 2018 | Galerie LeRoyer

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches | Chiaroscuro | Novembre 2018 | Galerie LeRoyer

Galerie LeRoyer, Stikki Peaches

Stikki Peaches | Chiaroscuro | Novembre 2018 | Galerie LeRoyer

Dossier de presse

CHIAROSCURO: UNE OBSESSION DE STIKKI

Le terme Chiaroscuro désigne la technique de peinture popularisée par l’artiste baroque italien Caravaggio (Le Caravage en français) au XVIIè siècle. En raison de cette technique révolutionnaire, Le Caravage est devenu l’un des peintres les plus imités dans l’histoire de l’art occidental. Le caravagisme est la combinaison réaliste d’une utilisation physique et émotionnelle d’un éclairage clair-obscur, ce qui apporte une dimension dramatique considérable à la peinture. Ses sujets sont devenus les vecteurs d’un contraste entre la lumière et l’ombre, soulignant un certain mélange de violence et de sexualité. Le talent remarquable du Caravage consistait à exprimer la vivacité d’un moment crucial et éphémère, en étendant l’action de ses compositions au-delà de l’image, jusque dans l’espace du spectateur. Geler un moment dans le temps était un concept révolutionnaire dans la peinture du XVIIè siècle. Caravaggio a fait de cette technique un élément stylistique dominant dans tous ses tableaux: assombrir les ombres et pétrifier ses sujets sous des rayons de lumière aveuglants. Cette signature de clair-obscur est devenue un élément déterminant de l’art baroque, et a ensuite été adoptée par d’autres artistes contemporains d’Italie et d’Europe, connus sous le nom d’École du Caravage ou, simplement les Caravagistes.

Le Caravage est souvent appelé le plus moderne des maîtres anciens: il inspire la nouveauté et une atmosphère contemporaine. Son utilisation de la lumière et des techniques de cadrage font penser à la photographie. Il a non seulement inspiré les caravagistes, mais également de nombreux artistes contemporains d’aujourd’hui, comme Stikki Peaches. En utilisant des techniques multimédias telles que le collage, la peinture acrylique, la sérigraphie et des éléments sculpturaux, le travail de Stikki Peaches reflète une sensibilité artistique POP. Il est aussi clairement inspiré par Robert Rauschenberg, qui nomme la technique d’utilisation d’éléments de sculpture 3D combinée à la surface plane d’un plan dimensionnel, Combines. L’artiste d’art urbain anonyme a également été fortement influencé par Andy Warhol, de par son utilisation de références à la culture pop et un mélange d’images de souvenirs d’enfance. En référençant des films classiques, émissions de télévision, célébrités, icônes de la musique, super-héros et politiciens, Stikki Peaches crée une surprenante juxtapositions de thèmes narratifs, esthétiques et symboliques.

Dans cette exposition, l’artiste présente dix-huit nouvelles œuvres hybrides interprétatives inspirées des peintures du Caravage et de son école. De nombreux personnages iconiques préférés de l’artiste sont présents: The Pensive Bardot remplaçant Marie-Madeleine; sa muse toujours présente, Kate Moss, sous les traits de la martyre Sainte Catherine (No Saint Kate Moss); la distribution complète de la série télévisée Friends dans un des tableaux les plus émouvants du Caravage, La Mise au Tombeau (Death of Friends). La liste est longue, avec un macabre mais sincère hommage à ses artistes musicaux préférés Jim Morrison, Amy Winehouse & Kurt Cobain, tous décédés tragiquement à l’âge de 27 ans. Antiveduto Gramatica, disciple de Caravaggio, a intitulé l’œuvre originale Sainte Cecilia aux deux anges; celle de Stikki a pour titre 27 Club pour des raisons évidentes. N’oublions pas le tragi-comique Saint-Jérôme (Fin de l’Empire), avec Dark Vador ou Le joueur de luth avec un Jimi Hendricks surréaliste.

 

 

L’un des plus grands panneaux du spectacle, également l’une des œuvres les plus personnelles et autobiographiques de l’artiste, est intitulée La Famiglia (La Diseuse de Bonne Aventure et les Soldats). Sur le côté gauche de cette peinture massive est une représentation de la fille de l’artiste, dessinant d’une main. Au centre se trouve l’artiste lui-même, vu de dos, protégeant son anonymat malgré cet autoportrait. Avec cela on note la présence de ses personnages préférés de la série Batman: Robin, Cat Woman, le Joker, le Pingouin et, bien sûr, Batman. L’une des œuvres les plus politisées de l’exposition est une peinture d’Artemisia Gentileschi, une élève de Caravaggio. À 18 ans, son tuteur, Tassi, la viole; en raison de la culture de l’époque cependant, on a tenu Artemisia responsable de son propre viol, et son agresseur n’a jamais été inculpé. Son expérience et le procès qui a suivi ont laissé à la jeune femme un fort désir d’émancipation et a inspiré sa peinture Judith Décapitant Holopherne. Dans une scène à la fois austère et brutale, on y voit Judith et sa servante Abra trancher violemment la tête du général ennemi. Suite à cet exploit, elles deviennent des héroïnes. Dans la version de Stikki Peaches, qu’il intitule Once Upon a Time in America (Il était une fois en Amérique), Belle et Blanche-Neige, deux personnages populaires de Disney, remplacent Judith et Abra. Le général Holopherne est le président Donald Trump, évoquant une scène surréaliste et symbolique où réalité et fiction se mêlent, et alimentant la conviction (et l’espoir) que ce conte de fées cauchemardesque touche à sa fin.

Stikki a notamment chargé une artiste en broderie de créer des motifs de scarabées et de papillons pour les insérer dans les peintures. Dans le cas de Il était une fois en Amérique, la phalène noire de velours - papillon de nuit symbolisant le silence et la mort - est intentionnellement insérée dans la bouche du “méchant”, le président Trump. Par conséquent, cette oeuvre peut être considérée comme une métaphore, en parallèle à l’histoire du triomphe féminin sur les hommes puissants. Cela peut aussi être interprété comme un ultime acte de vengeance, un nettoyage psychologique de l’âme. Pour Stikki Peaches, il était très important d’inclure dans cette exposition son point de vue sur ce tableau particulier d’Artemisia Gentileschi, à titre d’expression de l’indignation et de la solidarité avec les victimes d’agression sexuelle.

Grâce à un processus complexe d’enlèvement et d’ajouts, Stikki Peaches a créé pour cette exposition un nouveau corpus d’œuvres impressionnant, basé sur des reconstitutions hybrides inspirées du vocabulaire du collage multimédia, de la peinture et de la sculpture. En utilisant des techniques de Chiaroscuro pour souligner le drame de ses récits reconstruits et les techniques de Rauschenberg d’insertion d’éléments sculpturaux en 3D dans ses peintures, l’artiste donne à ses œuvres un effet sculptural et émotionnel distinct. Ce faisant, il continue à remettre en question et à dépasser les limites entre les formes. Dans cette vingtaine de tableaux vivants, les héros iconographiques de l’enfance de l’artiste se mêlent à un mélange hallucinatoire d’images et de symboles, de saints et de martyrs. Il en résulte une immédiateté rarement vue dans l’art du XXIe siècle. Stikki Peaches résume l’esprit d’une époque où nos libertés et nos modes de vie sont menacés par des forces vives qui cherchent à tromper et à corrompre, où la vérité et les faits risquent d’être banalisés. À travers son art, et particulièrement avec cette exposition, Stikki Peaches prend position contre ces puissances obscures et corrompues, en espérant que peut-être, peut-être… l’art sauvera vraiment le monde.

Par : Andre Pace

 

Haut de Page